Nouveautés

Espace publicitaire à louer Espace publicitaire à louer Solution pour les fiduciaires et les experts comptables Solution pour les fiduciaires et les experts comptables 
l'Déposez votre CV

jeudi 5 décembre 2019

Procédure à suivre en cas d'augmentation de capital chez une SARL :
espace entreprises, comptabilité

1-Mise à jour des statuts( à signer, à légaliser et à enregistrer min 5 copies originales).

2-Etablissement des PV AGE ( à signer, à légaliser et à enregistrer min 5 copies originales).

3- Si l'augmentation de capital se fait par incorporation des créances en compte courants d'associés, il faut que vous fassiez appel au Commissaire aux comptes et lui demander l'attestation de compte courants.
Si non si l'augmentation de capital se fait par apport en numéraire il faut que vous alimentez le compte bancaire par le montant du capital et demander l'attestation de blocage du capital auprès de votre banque.

4- dépôt légal au tribunal de commerce ( statuts -pv -attestation de blocage du capital/attestation de compte courant -RC modificatif-CIN du gérant).

5-Publicité au journal et au bulletin officiel.

6- demander model 7 et 9.

7- débloquer la somme du capital bloqué.

8-archiver les pièces.

mercredi 4 décembre 2019

80 exercices comptabilité générale + corriges


Lien de téléchargement :







jeudi 21 novembre 2019

PLF 2020 : la liste des amendements d’ordre fiscal retenus à l’issue du vote à la majorité des membres à la chambre des représentants.


- Exonération au titre de l’IS du Croissant rouge marocain;

- Exonération de l’IS des dividendes et autres produits de participation versés à des personnes résidentes ou non résidentes par les sociétés ayant le statut CFC;

- Exonération de l’IS durant les cinq premiers exercices (à partir du démarrage effectif de l’activité) des sociétés exerçant l’activité de l’offshoring, à l’instar des sociétés industrielles;



- Nouvelles conditions requise pour l’application du régime forfaitaire: un chiffre d’affaires supérieur à 2 millions de dirhams pour les activités commerciales et industrielles et 500.000 dirhams pour les prestataires de service;

- Exonération d’IR de l’indemnité de stage versée notamment aux titulaires du Bac, avec un plafond fixé à 6.000 dirhams;

- S’agissant des revenus fonciers, les contribuables concernés devront désormais préciser qu’il s’agit de loyers effectivement perçus;

- Exonération de l’IR de la cession de l’habitation principale avant expiration du délai de 6 ans, sous des conditions (une seule cession, plafond fixé et prix déposé chez le notaire);

- Exonération des donations effectuées au profit des associations d’utilité publique;

- Exonération des revenus et profits réalisés dans le cadre des plans d’épargne en action et plans d’épargne entreprise. L’amendement consistant à réduire le plafond exonéré de 600.000 à 200.000 dirhams;

- Les fabricants et prestataires de service seront soumis à la TVA dès lors que le chiffre d’affaire dépasse le seuil de 1 millions de dirhams (au lieu de 500.000 dirhams);

- Les dattes conditionnées garderont le régime actuel et continueront d’être exonérées de la TVA. Cet amendement tient compte du pouvoir d’achat du consommateur marocain, mais aussi de la compétitivité des dattes locales face à la concurrence étrangère.

- Exonération de la TVA des médicaments de traitement de l’infertilité et de la sclérose en plaques. L’amendement renvoie à un texte réglementaire pour préciser la liste des médicaments;

- Maintenir le régime en vigueur en matière de TVA pour ce qui concerne la «voiture économique», ses composantes ainsi que les prestations de montage (soit un taux de 7%);

- Exonération de la TVA des moteurs refroidis à l'eau de mer, du matériel de surveillance et de contrôle ainsi que les fournitures de sécurité maritime assignés aux centres de pêche maritimr;

- Suppression de la retenue à la source de la TVA sur les produits résultant des opérations de titrisation;

- Exonération des droits d’enregistrement des acquisitions nécessaires à l’exercice par les partis politiques de leurs missions, limitée à 2 ans;

- Exonération des droits d’enregistrement des acquisitions d’immeubles accordée aux bénéficiaires d’un programme de relogement des bidonvillois et constructions menaçant ruine;

- Extension de l’exonération des droits d’enregistrement des acquisitions de terrains destinés à la construction d’établissements hôteliers aux acquisitions de constructions à démolir et destinées à la réalisation des investissements de ce type;

- Réduction du taux de la cotisation minimale de 0,75% à 0,6%;

- Rétablissement des avantages fiscaux prévus par la LF 2014 (exonération de la plus-value réalisée suite à l’apport de titres de capital à une société holding);

- Application d’une majoration de 0,5% pour défaut de déclaration des actes exonérés des droits d’enregistrement, ramenée à 0,25% en cas de dépôt de la déclaration spontanée hors délai;

- Echange oral avec le contribuable: rédaction d’un procès-verbal par l’inspecteur, qui précise sa date et comporte la signature des 2 parties et dont une copie est remise au contribuable;

- Désignation des 7 magistrats de la CNRF par le Conseil Supérieur de la Magistrature, au lieu du 1er Ministre sur proposition du Ministre de la justice;

- Constatation d’irrégularités faisant l’objet de déclaration rectificative pour bénéficier de l’annulation des majorations et pénalités et la dispense du contrôle fiscal: une nouvelle rédaction du texte a été adoptée conjointement par l’administration et les chefs de groupes parlementaires et qui prévoit:

- Une déclaration dans le cadre d’une convention avec l’organisme professionnel ou le secteur concerné;

- La dispense du contrôle fiscal est actée, sauf en cas de fraude, de dissimulation ou de manœuvres frauduleuses;

- Dates d’effet des nouvelles dispositions de l’article 6 du CGI : adoption de la rédaction présentée par le gouvernement séance tenante;

- Régularisation volontaire de la situation fiscale du contribuable (article 7 du PLF 2020): adoption de la rédaction suivante: "le paiement de la contribution libère la personne concernée du paiement de l’IR, des pénalités et majorations qui pourraient découler d’une évaluation des dépenses du contribuable dans le cadre d’un examen éventuel de l’ensemble de la situation fiscale dudit contribuable";

- En matière d’expropriation pour cause d’utilité publique, le montant de l’indemnité arrêtée dans le cadre d’une procédure judiciaire ne doit pas excéder le référentiel des prix fixé par la DGI et la conservation foncière;

- L’expropriant ne peut entamer les travaux ou la réalisation du projet qu’en conformité avec les dispositions de la loi n° 7-81 sur l’expropriation;

samedi 16 novembre 2019

Indemnité pour perte d’emploi


Le gouvernement s’est engagé depuis plusieurs mois à faciliter l’accès à l’indemnité pour perte d’emploi. Depuis, silence radio. Les scénarios de réforme de cette prestation accordée pendant six mois aux salariés qui perdent leur emploi sont prêts et ont été validés par le conseil d’administration de la Caisse de septembre 2018.

Les administrateurs de la CNSS ont proposé à l’Etat deux principales options: une participation permanente dans le financement de la prestation ou encore le recouvrement de la contribution promise au moment de son lancement en 2014. Car, jusqu’à présent, un montant de 250 millions de DH sur les 500 millions promis n’a pas encore été versé.

L’indemnité s’adresse au salarié qui perd de manière involontaire son emploi et qui est à la recherche d’un nouveau travail. Ce minimum de revenu est accordé pendant 6 mois maximum et ne dépasse pas un montant mensuel égal à 70% du salaire de référence, soit le salaire moyen déclaré pendant les 36 derniers mois avant l’arrêt du travail. Les conditions d’accès à cette prestation sont jugées contraignantes puisqu’une partie importante des salariés qui cessent toute activité ne peut en bénéficier.

En tout cas, le bilan réalisé trois ans après sa mise en œuvre a relevé «qu’une grande partie des salariés ayant demandé l’IPE a vu ses dossiers rejetés». Cela est dû à la non vérification de la condition du nombre de jours nécessaires et aussi à la lourdeur au niveau de la procédure puisqu’il faut justifier l’aspect involontaire de la perte d’emploi. En 2018, 52% des demandes IPE ont été rejetées.

L’insuffisance du nombre de jours reste le motif principal: 49% des dossiers déposés. Viennent ensuite le manque de pièces et le non-respect des délais avec respectivement 28% et 6%. La même tendance est constatée en 2019. En tout cas, sur 23.753 dossiers déposés à fin octobre, 10.567 ont reçu un accord favorable. Les personnes qui ont bénéficié de cette prestation n’ont pas toutes retrouvé du travail, soit à peine 5%. L’année dernière, 41% ont été insérées contre 58% de celles qui avaient eu droit à cette prestation en 2017.

L’indemnité pour perte d’emploi est financée par des cotisations salariales et patronales, soit un taux de 0,57% dont les deux tiers sont pris en charge par l’entreprise. L’étude d’impact de la CNSS, qui couvre la période 2018-2027, indique que toute modification des conditions d’accès se traduirait par des déficits techniques.

Le premier scénario examiné fixe les conditions à 208 jours de déclaration sur les 12 mois précédant la perte d’emploi et 624 jours sur les 36 derniers mois. Il se traduirait par un déficit technique dès la première année d’application et nécessiterait un taux d’équilibre de 0,67%.

Le deuxième scénario se base sur 182 jours de déclarations sur les 12 mois avant la perte d’emploi et 546 jours sur 36 mois. Dans ce cas, l’équilibre ne pourrait être assuré que si le taux de cotisation passe à 0,75%. Dans le troisième scénario, 234 jours de cotisations durant les 12 derniers mois et 702 jours dans les 36 mois, le taux d’équilibre moyen serait de 0,57%.

lundi 4 novembre 2019

Dématérialisation des états de synthèse de la liasse fiscale pour les professionnels sous le régime du RNR ou du RNS


Dans le cadre de la poursuite de la dématérialisation et de la simplification des démarches fiscales, la Direction Générale des Impôts a lancé un nouveau téléservice permettant aux contribuables soumis à l’impôt sur le revenu sous le régime du résultat net réel (RNR) ou du résultat net simplifié (RNS) d’éditer les états de synthèse conformes à la déclaration du revenu global à travers l’espace SIMPL-IR.

Les états de synthèse récupérés comportent une référence permettant de s’assurer sur le portail de la DGI (www.tax.gov.ma) de l’intégrité des informations qui y figurent.

lundi 21 octobre 2019

PROJET DE LOI DE FINANCES N° 70-19 POUR L’ANNEE BUDGETAIRE 2020



mardi 15 octobre 2019

c koi un erp


Définition d'un ERP

L'acronyme ERP signifie " Enterprise Ressource Planning " traduit en français par Progiciel de Gestion Intégré ou PGI. ERP est le terme le plus couramment utilisé. Emanant d'un concepteur unique, un ERP est un progiciel qui permet de gérer l'ensemble des processus d'une entreprise intégrant l'ensemble de ses fonctions comme la gestion des ressources humaines, la gestion financière et comptable, l'aide a la décision, la vente, la distribution, l'approvisionnement, la production ou encore du e-commerce.

Le principe fondateur d'un ERP est de construire des applications informatiques correspondant aux diverses fonctions citées précédemment de manière modulaire sachant que ces modules sont indépendants entre eux, tout en partageant une base de données unique et commune au sens logique. L'autre principe qui caractérise un ERP est l'usage de ce qu'on appelle un moteur de workfow et qui permet, lorsqu’une donnée est enregistrée dans le système d'information(SI), de la propager dans les modules qui en ont l'utilité, selon une programmation prédéfinie. Ainsi, on peut parler d'ERP lorsqu'on est en présence d'un SI compose de plusieurs applications partageant une seule et même base de donnes, par le biais d'un système automatise prédéfini et éventuellement paramétrable, un moteur de workfow.

Quel périmètre de gestion couvre un ERP ?

La vocation d’un ERP est d'homogénéiser le Système d'Information de l'entreprise avec un outil unique qui est capable de couvrir un large périmètre de gestion, c'est-à dire :
•La gestion des achats
•La gestion des ventes
•La gestion comptable : comptabilité client, fournisseur, immobilisations, personnel
•Le contrôle de gestion
•La gestion de production (planification, ...)
•La gestion des stocks (logistique)
Un ERP est subdivisé en modules qui répondent chacun à un des domaines de gestion listés ci-dessus. On dit aussi que l’ERP est constitué de modules fonctionnels, chacun couvrant un périmètre de gestion de l’entreprise. Concrètement, par exemple, la saisie d'une vente génère automatiquement une écriture comptable en partie double dans le journal des ventes avec calcul automatique de la TVA collectée. Le grand livre et le compte de résultat sont automatiquement impactés.

Les différents environnements de travail d’un ERP


Un ERP contient généralement trois environnements de travail :
•Un « environnement de développement » qui permet d’adapter le progiciel standard à des besoins spécifiques de l’entreprise.
•Un « environnement de test » dit encore environnement de recette qui permet de réaliser des simulations. Ces simulations permettent de tester de nouveaux paramétrages et de vérifier le fonctionnement correct du progiciel par rapport à un processus de gestion donné (une vente, un achat, une sortie de stock, …)
•Un « environnement de production » qui correspond au progiciel utilisé par les gestionnaires de l’entreprise au quotidien.
Le travail en environnement de test est préalable au passage à l’environnement de production.
La phase de tests est souvent appelée recette informatique ou encore recette.

Pourquoi mettre en place un ERP : quels sont les bénéfices pour l’entreprise ?

Avant de mettre en place un ERP, chaque service avait son propre système d’information. Pour faire le lien entre ces différents systèmes, les situations suivantes se produisaient :

•Double voire triple saisie des mêmes informations dans des systèmes d’information distincts

•Au mieux, l’entreprise faisait développer des interfaces informatiques entre ses différents SI

Les bénéfices d’un ERP pour l’entreprise :

Eviter la redondance d’informations entre différents SI de l’entreprise.
•Disposer d’un outil multilingue et multidevises (très adapté aux multi nationales)
•Eviter des restitutions d’informations divergentes entre différents services et donc apaiser les conflits qui en résultaient
•Une meilleure coordination des services et du coup un meilleur suivi du processus de commande qui inclut la prise de commande, l’enregistrement d’une sortie de stock, l’expédition de la commande et l’émission d’une facture
•Une meilleure maîtrise des stocks
•Une normalisation de la gestion des Ressources Humaines, en particulier pour les entreprises qui gèrent de nombreuses entités, parfois géographiquement dispersées

L’ERP peut-t-il s’adapter aux règles de gestion d’une entreprise ?


Les ERP ont des fonctions standards qui s’adaptent aux principales règles de gestion des entreprises (achats, ventes, logistique, …). Cependant, chaque entreprise est unique et les ERP ne peuvent pas s’adapter en standard à tous les cas particuliers d’entreprises.
Deux solutions sont alors envisageables :

•Réaliser des développements spécifiques, souvent coûteux et techniquement risqués car pouvant impacter tous les modules

•Revoir les règles de gestion spécifiques pour les adapter au progiciel. Cette démarche implique une analyse préalable des processus et une réflexion à mener par la maîtrise d’ouvrage puis une bonne conduite du changement, lors de la mise en place du progiciel. En effet, les employés doivent être préparés à voir la nature de leur travail évoluer, à adopter de nouvelles règles de gestion et à abandonner les anciens logiciels qu’ils utilisaient.

Les phases d'un projet d'implémentation d'un ERP et la méthodologie des consultants

Un projet d’implémentation ERP est découpé en phases et chacune de ces phases fait appel à des compétences spécifiques :
•Etude préalable : Formalisation des règles de gestion, voire révision de ces règles, formalisation des spécifications fonctionnelles. Cette phase requière des compétences fonctionnelles et métier. Elle est souvent menée de front par des consultants fonctionnels extérieurs en étroite collaboration avec les employés du métier concerné.
•Les développements/paramétrages, rédaction du cahier de paramétrage
•La préparation et la réalisation des tests
•La formation des utilisateurs et l’accompagnement vers le changement
•La bascule de l’ancien vers le nouveau système, le contrôle de la reprise correcte des données (exemple : écriture comptable d’initialisation)



Quel est l'état actuel du marché mondial de produits logiciels pour les ERP ?

Des études annuelles menées par des cabinets de conseil et d'études permettent d'évaluer les parts de marché des grands éditeurs d'ERP propriétaires au niveau mondial et sur le marché français.
Et donc au fil de cette partie on va présenter aussi bien le marché mondial
que celui français des ERP sur la base de ce qu’on a vu précédemment.

Le marché mondial des ERP
Le schéma ci-dessous représente la répartition des parts de marché des principaux ERP en 2004 au niveau mondial. SAP dominait avec 40% des parts de marché.
Oracle qui avait racheté Peoplesoft détenait donc 22% des parts de marché.
Sage était bien placé en particulier avec une clientèle de PME.

Marché mondial des ERP(2009)

Quel est l'état de développement des ERP au Maroc ?


Au Maroc, les premiers grands projets ERP ont été initiés dès 1995. Des acteurs se sont installés sur le marché et des sociétés de services orientés ERP se sont développées et elles ont atteint un niveau de maturité et d'expérience. Des grandes entreprises publiques ont fait le pas en adoptant cette technologie, c’est le cas de l'OCP et l'ONE. D'autres organismes publics comme l'ONEP, l'ONT et le BRPM (Bureau de Recherches et de Participations Minières) affichent des ambitions sérieuses pour se doter d’ERP.

Quelles sont les perspectives de développement de cette technologie sur le marché local ?


Sur ce segment, le Maroc a quelques longueurs d'avance par rapport aux autres pays de la région. Les perspectives de développement sont orientées vers une capitalisation sur le marché local à travers l’élargissement des périmètres couverts pas les ERP au sein des entreprises, le changement de version ainsi que l’adaptation du contexte organisationnel et humain pour une meilleure utilisation de ces technologies. Parallèlement, les acteurs marocains s’intéressent de plus en plus à la région pour exporter leur savoir-faire.

Cependant, le développement des ERP est conditionné par la conjugaison des efforts de l’ensemble des intervenants de ce marché, ce qu’on pourra appeler "l'éco-système ERP". Concrètement, il faut avoir des éditeurs motivés et représentés au niveau local. En outre, les sociétés de service et de conseil doivent capitaliser et développer leur savoir-faire en fidélisant leurs compétences. Enfin, les clubs et les associations d'utilisateurs des progiciels ont intérêt à "mettre de la pression" sur les acteurs pour tirer le marché vers le haut.

Bilan de l’expérience marocaine
Selon les résultats d’une récente étude sur les ERP au Maroc, la majorité des projets installés jusqu’à présent ont enregistré des dérives en matière de délai et de budget. Les détails. Onze projets ERP sur quinze installés au Maroc ont connu des dérives en matière de délai et de budget. C’est ce que ressort d’une étude menée l’année dernière, par la filiale marocaine de l’ex-cabinet Andersen. Ces dérives sont la résultante de plusieurs facteurs qui ne sont pas liés à la qualité des ERP retenus par les entreprises. En premier lieu, l’absence d'une vision complète sur le périmètre du projet. En effet, en matière de choix d'ERP (licence et services), le processus de sélection au Maroc continue à être très fortement influencé par des considérations financières.

Ainsi, l’absence de vision sur l’ensemble des prestations à fournir dans de tels projets a pour conséquence de retenir les offres les moins chères (le moins disant) mais sur des périmètres non comparables. Lors de la mise en œuvre de ces solutions, les entreprises découvrent que certaines prestations importantes ne sont pas inscrites dans le contrat d’engagement du partenaire, comme la conduite du changement, la refonte des processus et de l'organisation, la gestion de projet et les développements spécifiques (transactions, interfaces, états, reporting, etc). C’est le cas aussi des clauses relatives à la formation des utilisateurs finaux et la préparation du démarrage et du support après le début de l’installation.

Ces travaux qui doivent faire l'objet d'une estimation et d'une négociation avec le partenaire entraînent une augmentation d’une manière significative le budget initial du projet (en moyenne de 50%). D’ailleurs, l’enquête menée par l’ex-cabinet Andersen montre que 60 % des projets ayant dérivé (délai et budget) ont été initialement estimés à moins de 10 millions de DH.

Sur la base de cette enquête, les rédacteurs de cette étude, préconise, entre autres, la nécessité d’implication poussée du top management dans la gestion du projet d’implantation de l’ERP au lieu de se contenter de confier cette responsabilité du seul directeur informatique.


Raisons et enjeux de la mise en place d'un ERP
La démarche de choix d'un ERP est adaptée à un contexte. Principalement, l'harmonisation et la modernisation des systèmes d'information de gestion pour répondre aux besoins d'évolution de l'organisation de l'entreprise.
Les contextes qui motivent les entreprises à intégrer un ERP dans leur système d'information sont extrêmement divers. Plusieurs raisons sont souvent à l'origine de ce choix :
• créer de la valeur : réduction de coûts, réduction du temps, amélioration de la productivité, de la qualité du service, de l'efficacité fonctionnelle, meilleure gestion des ressources, meilleure prise de décision.
. Il est issu d'un concepteur unique.
. Une modification sur un module provoque une mise à jour en temps réel des autres modules liés.
. Un ERP garantit l'unicité des informations, grâce à la centralisation des données dans  une base unique, accessible à tous les modules applicatifs.
. Un ERP facilite l'audit en cas de dysfonctionnement, permettant d'identifier facilement le ou les modules concernés, il est facile de retrouver et d'analyser l'origine de chaque information.
.Un ERP peut suffire à couvrir la totalité des besoins de l'entreprise en termes de système d'information (la nature modulaire de l'ERP permet également de l'implémenter  progressivement, module par module, selon les besoins).
il garantit l'unicité, la cohérence des informations qu'il contient puisqu'il n'a qu'une seule base de données au sens logique.
 Mais le choix d'un progiciel par rapport à un nouveau développement spécifique représente surtout une certaine sécurité et simplicité. L'entreprise voit aujourd'hui de nombreux avantages à adopter un progiciel. En effet, les logiciels spécifiques sont souvent générateurs de développements coûteux et risqués, d'un coût de maintenance élevé dans la mesure où la direction des systèmes d'information est seule face à une application, de coûts de développement comparables à celui d'un nouveau développement d'applications spécifiques lors d'inévitables évolutions. Sans compter l'obsolescence possible des matériels et logiciels de base qui les supportent et la perte de compétences sur cette application.
Dans les cas des progiciels, les maintenances et évolutions de produits, pour ce qui concerne les technologies ou les changements de réglementations, sont prises en charge par les éditeurs et les coûts sont repartis. L'entreprise n'est plus isolée et peut s'appuyer sur une communauté d'utilisateurs susceptibles de peser, plus ou moins sur les éditeurs de leurs progiciels.
Néanmoins, le principal frein à l'adoption d'un ERP est qu'il ne peut pas répondre intégralement aux spécifications fonctionnelles des utilisateurs et qu'il ne permet pas forcément le respect et la prise en compte de l'organisation de l'entreprise. Aucun éditeur ne présente de solutions immédiatement opérationnelles dans tous les environnements précis de ses clients.


Risques d'implantation d'un ERP
Aussi importants que soient les bénéfices potentiels associés à la mise en place d'un ERP en entreprise, l'élément risque demeure. La revue de presse CIO (la Gouvernance des Systèmes d'Information, 2010) rapporte que « 31% des entreprises ayant participé à une enquête sur l'implantation de solutions ERP indiquaient que leurs projets avaient dépassé leur budget, alors que 36% dépassaient leurs échéances ». C'est pourquoi la gestion du risque est importante dans ce type de projet. Quatre principaux risques majeurs sont identifiés pour l'implantation d'un ERP :

• Mauvaise qualité du système : la déficience d'un système est évaluée sur les critères suivants : fiabilité, efficacité, portabilité, convivialité, vérifiabilité et facilité de maintenance. La mauvaise qualité du progiciel peut mener à l'abandon du projet. Cette conséquence peut avoir des impacts relativement graves sur la santé financière de l'entreprise, sur la capacité de l'organisation à opérer, et sur la qualité des relations avec la clientèle.
• Dépassement du budget : le dépassement du budget correspond au fait que le projet a consommé davantage de ressources que prévues initialement. Cela peut entraîner l'abandon du projet.
• Dépassement de l'échéancier : le dépassement de l'échéancier correspond au fait que l'implantation d'un progiciel ERP a eu une durée plus grande que ce qui a été initialement prévue. Le non respect de l'échéancier peut avoir des impacts importants, surtout en présence de dates butoirs.
• Insatisfaction des utilisateurs : l'insatisfaction des utilisateurs a deux dimensions. Elle peut survenir en réaction au système ou en réaction au processus d'implantation. Dans le premier cas, cela est dû à une inadéquation entre les caractéristiques du système et les tâches que les utilisateurs ont à effectuer. Dans le deuxième cas, cela est dû au manque de participation des utilisateurs ou à l'ampleur du changement effectué durant l'implantation ; le changement engendré par le progiciel peut toucher plusieurs fonctions de l'entreprise selon le nombre de modules implantés et ainsi modifier radicalement les tâches des utilisateurs.
Progiciels spécialisés v.s ERP
Les  progiciels  spécialisés  sont  des  outils dédiés,  d'une part à un domaine fonctionnel spécifique et d'autre part à un type d'entreprise.
Choisir d'équiper une entreprise avec des progiciels spécialisés conduit, de fait, à un cloisonnement des différentes fonctions de l'entreprise.
Une conséquence immédiate est l'existence dans l'entreprise, d’une collection de systèmes d'information hétérogènes.
Les progiciels spécialisés ont actuellement l’avantage sur des niches comme les fonctions :

. De  gestion  des  entrepôts  (datawarehouse management).
. De la chaîne logistique (Supply Chain – SC).
. Des applications statistiques.
. De gestion de projets.
. De la connaissance et de l’influence des marchés.

L'approche proposée par les ERP's ou Progiciels de Gestion Intégrés, est radicalement différente de celle des  progiciels spécialisés.
Un ERP évite la création d'îlots applicatifs ayant chacun leurs propres règles de fonctionnement et leur référentiel.
En résumé :
Un progiciel spécialisé contribue à optimiser le bon fonctionnement de la fonction à laquelle il est dédié.
Remarque: progiciel spécialisé ⇒ niche
Chaque module d'un ERP est moins efficace qu'un progiciel spécialisé.
La véritable valeur ajoutée d'un ERP par rapport aux progiciels spécialisés réside dans le terme "intégration".


lundi 14 octobre 2019

Formation ODOO: installation dans un serveur local



Odoo est le programme de gestion d’entreprise le plus évolutif et le plus installé au monde grâce à ses applications répondant à tous les besoins d’une entreprise, de la gestion de la relation client à la création de sites web et d’e-commerce, en passant par la production, la gestion d’inventaire, la comptabilité, l’ERP etc., le tout parfaitement intégré. C’est la première fois qu’un éditeur de logiciels parvient à atteindre un tel niveau de fonctionnalités.
espace entreprises, comptabilité, crm, erp

mardi 8 octobre 2019

espace entreprises

comptabilité

fiscalité

Clarification concernant la déclaration rectificative prévue par les dispositions de l’article 221 bis - III du CGI

( La demande d'explication visée à l'article 221 bis-III du code général des impôts n'est pas considérée comme une notification de rectification et ne saurait donc constituer un acte interruptif de prescription )

“Les services extérieurs de la DGI ont utilisé cet article pour demander tout et n'importe quoi. Certains ont confondu irrégularités à travers l'analyse des données et appréciation des charges et produits”, relève un expert-comptable.

—-texte de loi
Article 221 bis.1 - Procédures de dépôt de la déclaration rectificative:

III.- Après analyse préliminaire des données figurant sur lesdéclarations et sur la base des informations dont elle dispose et sansrecourir directement à la procédure de vérification de la comptabilité prévueà l’article 212 ci-dessus, l’administration peut demander aux contribuables les explications nécessaires concernant leurs déclarations si elle relève desirrégularités notamment au niveau des éléments ayant une incidence surla base d’imposition déclarée.L’administration doit adresser à ce sujet au contribuable une demandedétaillée selon les formes prévues à l’article 219 ci-dessus l’invitant àprésenter les explications, par tous les moyens requis, dans un délai detente (30) jours à compter de la date de réception de la demande del’administration.Si le contribuable estime que tout ou partie des observations del’administration est fondé, il peut procéder à la régularisation de sa situationdans le délai de trente (30) jours précité en déposant une déclarationrectificative sur ou d’après un imprimé modèle établi par l’administration.

vendredi 4 octobre 2019

Vente du timbre électronique par les partenaires de paiement de la DGI

Dans le cadre de l’amélioration de la procédure de vente des timbres fiscaux électroniques, la Direction Générale des Impôts a lancé un nouveau service permettant aux clients des banques et des prestataires de paiement partenaires de la DGI de commander et payer ces timbres directement sur les canaux de paiement sans passer via le site web de la DGI.

Les citoyens peuvent désormais acheter le timbre électronique en s’adressant directement aux agences et réseaux physiques des partenaires de la DGI qui disposent de ce service ou en utilisant les canaux digitaux de ces partenaires (e-banking, m-banking, m-paiement).

Pour toute demande d’information ou d’assistance,

prière de contacter le Centre d’information téléphonique de la DGI,

à l’adresse  simpl@tax.gov.ma ou d’appeler le 05 37 27 37 27 (lignes groupées).

lundi 16 septembre 2019

La suppression de la fiche d’embarquement/débarquement

espace entreprises,  comptabilité

Cette mesure, concernera, dans un premier temps, les postes frontières terrestres et aériens à savoir les aéroports et les points frontaliers terrestres, a précisé la même source.

Au niveau des postes frontières maritimes, à savoir les ports, cette fiche restera en vigueur durant une période supplémentaire de près de deux mois, dans l’attente de la mise en place d’une plateforme informatique à bord des navires, une opération qui se fait en coordination avec les compagnies maritimes concernées.
La suppression, dans un premier temps, par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) de cette fiche au niveau des aéroports et des postes frontières terrestres, dans l’attente de la généralisation de cette mesure au niveau des ports dans deux mois, s’inscrit dans le cadre des efforts des services de sécurité visant à faciliter les procédures de voyage et à fluidifier davantage le passage au niveau des postes frontières, outre la réduction du temps de contrôle, selon la même source.

Cette mesure vient couronner les efforts déployés par les services de la DGSN pour développer le système de contrôle frontalier et assurer son efficacité à travers l’adoption d’un nouveau système informatisé de gestion des postes-frontières, connu sous l’appellation SGPF et qui permet la lecture numérique des passeports, l’insertion immédiate des informations personnelles dans les bases de données, outre la détection des documents falsifiés, conclut la même source.

vendredi 13 septembre 2019


Dans le cadre de l’amélioration de la qualité d’accueil et de service au profit des contribuables, la Direction Générale des Impôts a lancé une consultation pour la réalisation d’une solution de gestion de la relation client à travers un assistant virtuel « Chatbot ».
Cette solution permettra à la DGI d’élargir ses canaux de communication avec les usagers et de leur offrir un outil interactif intelligent permettant de les informer sur les démarches administratives, les orienter, les assister et répondre à leurs questions d’ordre fiscal et technique (Code d’accès, mot de passe, ICE, etc.) 24h/24h et 7j/7j.