Nouveautés

Espace publicitaire à louer Espace publicitaire à louer Solution pour les fiduciaires et les experts comptables Solution pour les fiduciaires et les experts comptables 
l'Déposez votre CV

mardi 7 mai 2019

espaxce entreprises


La croissance de l’entreprise

I- Définition de la croissance

1.1- Définition

La croissance est un processus quantitatif d’augmentation de la taille de l’entreprise, de ses dimensions en termes de produits et de résultats ainsi que le changement de ses caractéristiques qualitatives. On parle dans ce cas de développement de l’Ese (modifications dans les structures et les activités). Une croissance régulière permet à l’Ese d'adapter son fonctionnement à son niveau d'activité ou à son marché. Remarque : Pour mesurer la croissance, on peut se baser sur des indicateurs quantitatifs (chiffre d’affaire, effectif, résultat net, investissements, le cours des actions, les capitaux propres….) et des indicateurs qualitatifs (le climat social (grève, absentéisme), qualité des produits, évolution de l’image de marque, poids de la recherche et développement….)

1.2- Raisons de la croissance

 En termes de coûts
Les principaux enjeux de la croissance sont la recherche d’économies d’échelle dans une optique de réduction de coûts. Economies d’échelle : Diminution du coût moyen obtenue grâce à une répartition des charges fixes sur une production plus importante. L’Ese devient plus compétitive.
 En termes d’efficacité
La croissance est une condition de survie des entreprises, c’est un moyen de réalisation des finalités de l’entreprise ainsi que les finalités personnelles des dirigeants, le critère visé est la recherche de l’efficacité à travers :
comptabilité

II- Mesure de la croissance : Indicateurs de croissance (quantitatifs et qualitatifs)

2.1- Indicateurs quantitatifs :

Plusieurs critères peuvent être utilisés afin de mesurer le processus de croissance :
  •  Des indicateurs physiques : production en quantité d’articles, effectifs de la main-d’oeuvre…
  •  Indicateurs monétaires : chiffre d’affaire, résultats net, production en valeurs….
  •  La quantité des moyens mis en oeuvre : nombre d’heures travaillées, investissements, consommations diverses….

2.2- Indicateurs qualitatifs :

Les indicateurs quantitatifs demeurent insuffisants pour rendre compte, de façon globale, du processus de croissance et aussi montrer l’impact économique, social ou organisationnel de la croissance. Cela nécessite la mise en place des indicateurs qualitatifs :
  •  Climat social : grève, absentéisme, turn-over (rotation des emplois c’à d rythme de renouvellement des effectifs)
  •  Structure organisationnelle : décentralisation, délégation…
  •  L’amélioration de la qualité des produits
  •  Le poids de la recherche développement,
  •  Evolution de l’image de marque, perception des produits par les clients…

2.3- Taux de croissance

Le taux de croissance (ou taux de variation) se calcule comme suit :
fiscalité

2.4- Représentation graphique de l’évolution :

La représentation graphique de la croissance de l’entreprise dépend des indicateurs retenus pour mesurer la croissance. Pour des séries chronologiques telles que l’évolution du chiffre d’affaires, des effectifs… dans le temps (croissance absolue) les graphes les plus utilisés sont : les courbes chronologiques, le diagramme à barres, le diagramme en bâtons. Pour l’évolution d’une structure telle que l’évolution des parts de marché par produit, la comparaison entre des entreprises concurrentes (parts de marché par produit), on recourt à des graphes de type : diagrammes circulaires, les diagrammes en bandes.

III- Les modes de croissance

3.1- La croissance interne

a- Définition
La croissance interne a pour but le développement de sa propre entreprise par la création de nouvelles unités de production, de canaux de distribution, d’action de commercialisation, d’achats d’actifs. Exemple : ouverture d’une succursale de vente, développement de nouvelles technologies, construction d’un hangar supplémentaire, diversification de la production, achat de moyens de production (locaux, nouvelles machines …), achat d'actifs physiques neufs ou occasion (en cas de faillite d’un concurrent).
b- Avantages et inconvénients

Avantages :

  •  Développement progressif de l’Ese
  •  Maîtrise du développement
  •  Utilisation de ressources financières propres
  •  Conservation du pouvoir des dirigeants et de l’indépendance de l’Ese
  •  Climat social consolidé
  •  Création de l’emploi
  •  Développement d’un savoir-faire


Limites :

  •  Lenteur dans la réalisation de la croissance
  •  Accroissement de la spécialisation de l’Ese dans ses activités actuelles (fragilité face aux variations d’activités)
  •  Problèmes de financement en cas d’investissement important
  •  Difficulté d’organisation en cas de croissance forte, Processus lent,
  •  Risque de rigidité en cas de non innovation.
  •  Difficulté d’atteindre la taille critique.


3.2-La croissance externe

a- Définition
La croissance externe résulte du regroupement de plusieurs entreprises qui mettent en commun leurs efforts, leurs moyens, leurs clientèles, leurs capitaux, … en vue de diversifier les activités de l’entreprise. Les modalités juridiques de la croissance externe sont : la fusion, l’absorption, la prise de participation, l’apport partiel d’actif. Rappel :
- La fusion : deux entreprises A et B disparaissent pour donner lieu à une nouvelle entreprise C
- La fusion absorption : une entreprise A qui absorbe une entreprise B qui par ce fait disparait
- L’apport partiel d’actif : l’entreprise A transfère à B une partie de son actif sans qu’elle ne disparaisse. Cette technique est utilisée dans les restructurations industrielles.
- Contrat de partenariat : il s’agit pour l’entreprise de développer des partenariat avec d’autres entreprises : Franchise, Groupement d’intérêt économique (GIE), sous-traitance, concession…

Les modalités financières
 OPA (offre publique d’achat) : une société A s’adresse publiquement aux actionnaires d’une société B pour leur proposer le rachat d’une quantité déterminée de titres à un cours déterminé.
 OPE (Offre publique d’Echange) : une société A propose l’échange des actions de la société B contre ses propres titres
 OPV (Offre publique de vente) : achat de titres lorsqu’ils sont mis publiquement en vente la 1ère fois.
 Le ramassage boursier : une société A achète les titres d’une société B en vue d’avoir la majorité.
b- Avantages et limites de la croissance externe :

Avantages :

  •  croissance rapide de l’entreprise.
  •  accès rapide à la taille critique, économies d’échelle, effets de synergie.
  •  l'entreprise peut saisir des opportunités de marché (cas de diversification).
  •  réduction de la concurrence.
  •  financement d’investissements coûteux possibles.


Limites :

  •  le coût de l'opération peut être excessif.
  •  manque d’expérience dans les nouveaux domaines
  •  risque d'affaiblissement du pouvoir du dirigeant devant l'arrivée de nouveaux partenaires.
  •  Risque de renversement du climat social.
  •  Restructurations qui peuvent engendrer des difficultés de gestion.





2 commentaires :