Nouveautés

L'application Espace entreprises est disponible gratuitement sur Google Play Store Application pour générer le Fichier XML du relevé des déductions de la TVA 
l'Déposez votre CV 
crédits immobiliers sur 40 ans télécharger Sage Saari ligne 100

lundi 31 août 2015

What is accountant job ?

What is accountant job, job, accounting, account, wotk, job



The work of an accountant requires work to ensure that business firms and individuals are now good records and paying taxes in a timely manner. Although the description of the accounting situation of certain accounting items can be simple, others represent job descriptions are not so clear, because of the number of functions needed.

In general, an accountant fulfills vital functions for businesses and people of all kinds, offering a wide range of business and accounting services, including transport, management and government accounting and internal audit. These four areas of accounting, and also have a minimum of a bachelor's degree, each has a separate item description.

1. Public Accountant job

A description of the item public accounting can be summarized in what most people imagine a "typical" work counter. It consists in carrying out a wide range of accounting, auditing, tax and consulting activities for their clients, which can be corporations, governments, nonprofit organizations and individuals. Public accounting specialties are often chosen. For example, an accountant may choose to focus on tax, such as advising companies about the tax benefits and disadvantages of certain business decisions and preparing tax issues. Other public accountants can choose areas as compensation and employee benefits health care, or may develop accounting systems and data processing. However, other public accountants can choose to specialize in auditing the financial statements and inform investors and authorities that the statements have been properly prepared and presented. The public accounts are usually Certified Public Accountants (CPA), and usually own their own business or work for public accounting firms.

2. Accounting Management job

Another description is the accounting situation of a management accountant. Also it called a cost, management, industry, business or private management of accounts record and analyze the financial information of the companies for which they work. The item description managerial accounting includes a detailed list of responsibilities, such as budgeting, performance evaluation, cost management and asset management. Management accountants are often part of executive teams involved in strategic planning and development of new products, where they analyze and interpret financial information that corporate executives need to make informed business decisions. They also prepare financial reports for other groups, including shareholders, creditors, regulatory agencies, and tax authorities. Management accountants are often part of an accounting department, employees of a large company, and can work in many areas, which may include financial analysis, planning, budgeting and cost accounting.

3. Government Accounting job

An accountant government is working in the public sector, maintenance and review of records of government agencies and verification of private companies and individuals whose activities are subject to regulation and / or government taxes. This description of the accounting, while detailed, is much more specialized. Public accountants are employed by the federal, state or local government, and work to ensure that revenues are collected and expenditures are made in accordance with applicable laws and regulations. Those employed by the federal government can work as agents of the Internal Revenue Service or in financial management, financial institution examination, or budget analysis and administration.

4. accountant internal auditor job

The description of the accounting position of an internal auditor basically can be summarized in the job title. Internal auditors verify the accuracy of its internal organization and check records for mismanagement, waste, or fraud. It is an area of engrossing importance for accounting, and internal auditors review and evaluate financial information and business systems, management procedures and internal controls to ensure that records are accurate and controls are adequate to protect against fraud and waste. They also review company operations, evaluating their effectiveness, efficiency and compliance with company policies and procedures, laws and government regulations. The description of the accounting position of an internal auditor may vary with different companies and can include tasks such as EDP, environmental auditing, engineering, legal, auditing, insurance opinion, said banks and health care.

Accountants in the four areas can work for a company or may be employed by an accounting firm, which in turn hired a consulting firm. An accountant can also work on their own, and to provide accounting services to individuals, companies, or both.

Most accounting jobs include a description of counter job requiring at least a bachelor's degree, accounting or a related field, and some descriptions of accounting functions could include the requirement of a certified public account (CPA) teacher certification or obtained by the four-part Uniform CPA Explanation prepared by the American Institute of Certified Public Accountants (AICPA). While the CPA exam in two days is rigorous, and only 25 percent of those taking the step of examining each part, they try, SCP certification can help greatly in the rate of payment, and most states, the test can be taken in two parts, which can help in the preparation and success of the review.

According to the Department of Labor, employment of accountants and auditors is expected to grow to US faster rate than average for all occupations accounting of all descriptions of accounting functions mentioned, until 2014. This It is due to an increase in the number of companies nationwide, changing financial laws and regulations, and increased scrutiny of company finances. In addition to these reasons for opening new jobs in accounting, there will be a need to replace accountants and auditors who retire or transfer to other occupations.

The field is also becoming more specialized by technology and the new, accurate accounting and auditing software experience to become an essential addition to a description of the accounting position. A job description can be in accounting, in addition to educational and technological requirements, strong interpersonal and communication skills, simply by the fact that most accountants work together with other people from different backgrounds and have the capacity needs to communicate clearly and concisely accounting and financial information.

Regardless of qualifications, competition in the field of accounting will remain strong for the most prestigious jobs, and to obtain clients for accountants who are independent.

Rebecca Game is the founder of Digital Women ®, Digital-Women.com, an online community for women in business. She is a 30 year entrepreneur and dedicated to helping other women find business loans and business grants.

vendredi 28 août 2015

National accounting - how you can prepare a real work program

National accounting, accounts, business, free course


The national accounts, by definition,accounts have a significant size and purchasing power that provide the leverage to demand lower prices. In addition, due to their complexity and demographics, they are often more difficult and expensive for the service business. Therefore, most national accounts are the least profitable.

In response, you must make a concentrated effort to effectively balance the transfer of power in accounts, offering significant competitive advantages that make your most critical products and services for your national accounts. Without creating a competitive advantage, it will be linked to the downward price spiral that eats margin and denies any understanding for customers effectively "the price is not the same as the cost." A structured program of national accounts with the final guidelines is the first step to gain a competitive advantage.
There are four basic categories of the added value that create a competitive advantage:

1. The processes in business that maximize customer productivity, improve quality, transaction costs of the supply chain and provide measurable savings (unrelated to the price).

2. The administrative and technical support can reduce internal costs enough to affect the operating costs of the bottom line customers.

3. Sales and marketing support that can increase the top line of your customers.

4. Technology is essential for the results of your customers' businesses, it is still beyond their internal capabilities.
Your national accounts program should focus your efforts on all these issues.

Four Fundamentals

The ultimate success of national accounts depends on the participation in the teamwork and hard of all employees of the companies involved in the process.
There are four basic elements of the success of any national accounts program:

1. Knowledge - Study the internal processes of your company and / or the inner workings of your national accounts program, if you already have one in place.

2. Understand - The search for the business environment in which your business operates and objectives defined results in a national accounts program.

3. Clarity - Identify the scope of the market and demand and customer management. This should be a real understanding of what the business is trying to accomplish in total.

4. Commitment - Secure the commitment of the entire company.

Knowledge " you can use Free Course "

And 'essential to define the objectives of the program, the process involved and the way forward for help and support when needed. If you have a program in place, it is essential to develop this process.

Second, the measurement of the activity and open communication (both on and down the chain of command) are absolutely essential to success. Responsibility is an absolute necessity and should be clearly defined. Support your company's information management system can provide the key elements for the success of national accounts program. A weak information system could leave dangerous areas or even distort the true image of the national accounts program.

Understand

Understanding leads the field of view (external view) closest to the central office. An internal investigation by the company can not provide the necessary clarity how the national accounts program is perceived. Enter representatives of local accounts and branch managers is very important. Your business needs to explore how things are made and how an existing program is perceived. Most importantly, the input field with recommendations is essential. If you currently have this program, the survey is even more critical for the initial development of a new program.
Understand the real needs of national accounts is also critical to the success of your program. For a better understanding, consider the following questions:

or what types of Accounts true value?

or what motivates suppliers to negotiate special conditions for these accounts?

Avoid these accounts or see our company as a partner?

o What do we know about their business?

or we really are the main source of supply?

o You can create a win-win situation?

Clarity

Everyone must have a clear understanding of what you are trying to accomplish. Recognizing the volatility of the environment is a valuable piece of the puzzle. Your company needs to recover the pace of change in the distribution sector in order to maintain a competitive advantage. Remember, "perceived value of units of expectations" and "customer satisfaction unit value of the performance."

Increase the perceived value of your customers and high enough to create "competitive advantage", which is the first step towards the rebalancing of power inherent in any national accounts program.

Although the appearance of knowledge of national accounts program is strongly towards internal perspective, clarity must be weighed against the external environment. You must be well aware of market dynamics, including technology and other external forces shaping your industry and customer behavior conduct national accounts. You should evaluate events and trends using a preventive perspective in relation to your competitors. You must ask yourself these questions:

in your business you must know :

o How different industry today regarding what is expected of a national accounts program?

o What will be considered for 2007?

o What are our competitors in serving the national accounts?

o What technologies offer the greatest potential, both as products and tools?

o What actions are our competitors take to gain an advantage?

o How our suppliers react to our strategy?

Commitment

Account National Programming can not be treated as a member of the "flavor of the month" club. Everyone must take seriously. Commitment is needed from everyone. It is not something you dabble in. That is why it is important to put the time and attention in the planning process before bathing. Understand your goals.

The only reason a company business should undertake a national accounts program is to gain sales and market share in this total is profitable for the company and meets the strategic business objectives of criteria.

The program's business goals of the national accounts may be summarized as follows:

o Develop a national market presence

or improve the brand image and credibility

o Develop impressive customer references

growth or support with preferred suppliers

or create synergy with the company's mission business

or rebalancing the change of power and profitability in national income

A major problem for many national account programs is the need to overlay a function of the collective sale of a distributed sales force established. In the past, processes and systems have allowed customers, potential customers, or their representatives in the field to make conscious decisions favorable.
but you must always Accounting Training

you can get more Free Course in Google

mardi 25 août 2015

LES DIFFERENTS NIVEAUX DE STOCKS

Stock d'alerte



Différents niveaux de stocks peuvent être envisagés pour la gestion, selon l’activité de l’entreprise :

marchandises, matières premières, produits finis, produits en cours, emballages, matières
consommables, fournitures, ...

     1. Les niveaux de stocks.

· Stock minimum : niveau du stock correspondant au délai normal de livraison.
· Stock de sécurité : supplément au stock minimum nécessaire en cas de retard de livraison ou
d'accroissement de la demande.
· Stock d'alerte : niveau de stock entraînant le déclenchement de la commande :

Stock d'alerte = Stock minimum + Stock de sécurité

· Stock maximum : limite supérieure à ne pas dépasser.
· Stock outil : stock indispensable à l'activité commerciale ou industrielle, considéré comme
immobilisé.
· Stock moyen :                          (Stock Initial + Stock Final) / 2

· Stock théorique : stock comptable déterminé d'après les mouvements :

Stock Initial + Entrées - Sorties = Stock Final

· Stock réel : stock physique évalué par inventaire.
· Stock disponible : Stock réel - Commandes client reçues
· Stock virtuel :  Stock disponible + Commandes en cours auprès des fournisseurs


2. Exemple 01.

1. Enoncé et travail à faire.

Le responsable des approvisionnements en pièces détachées d’une concession d’automobiles
dispose au début du mois des informations suivantes :
· Stock initial : 300 unités ;
· Quantité prévue en entrée pour le mois : 70 unités ;
· Quantité prévue en sortie pour le mois : 150 unités.

Travail 1 : Quel devrait être le stock prévisionnel de pièces détachées en fin de mois ?
Pendant le mois, il est possible que 80 pièces soient nécessaires pour les ateliers d’une unité de
montage. Une commande en instance de livraison par le fournisseur porte sur 150 unités.

Travail 2 : Pour le mois quels seraient :

· le stock disponible,
· le stock virtuel.

Les sorties moyennes quotidiennes sont de : 20 unités. Le délai normal de livraison est de 8 jours.
Il arrive que le fournisseur livre avec 2 jours de retard.

Travail 3 : A quel niveau de stock faut-il passer ou déclencher une commande

2. Correction du travail 1.

Stock Final = Stock Initial + Entrées – Sorties
= 300 + 70 - 150
= 220 unités.

3. Correction du travail 2

Stock disponible = Stock prévu
= 220 – 80
= 140 unités.
Stock virtuel = Stock disponible + Commande fournisseur
= 140 + 150
= 290 unités.

4. Correction du travail 3

La commande est déclenchée lorsque le
Stock minimum = 20 unités x 8 jours
Stock de sécurité = 20 unités x 2 jours
Stock d'alerte = Stock minimum + Stock de sécurité
= 160 + 40
= 200 unités.

lundi 24 août 2015

PRINCIPES GÉNÉRAUX DE GESTION DE STOCK

PRINCIPES GÉNÉRAUX DES GESTION DE STOCK



 La gestion des approvisionnements doit permettre :

 • à l’entreprise commerciale de disposer des marchandises dont elle a besoin pour répondre à la demande des clients,
• à l’entreprise industrielle de disposer des matières premières et fournitures nécessaires à la fabrication de produits finis.

Par conséquent, c’est donc soit à partir des prévisions de ventes de marchandises soit à partir des programmes de production qu’il faudra définir une politique d’approvisionnement.

1. Les politiques d'approvisionnement.

 La cadence des approvisionnements peut se faire selon différents rythmes :

• soit un approvisionnement unique pour l’ensemble d’un exercice (année),
• soit un approvisionnement par période, à intervalle de temps régulier (semaine, mois, trimestre, semestre), pour des quantités variables en fonction des besoins.
• soit pour des quantités constantes selon des intervalles de temps irréguliers,
• soit selon les besoins ponctuels ou immédiats.

Cette politique d’approvisionnement induit un niveau de « stock zéro » car le réapprovisionnement n’est effectué qu’au moment du besoin.

Elle est qualifiée de « flux tendus » ou de « juste à temps ».Cette solution est actuellement utilisée par les entreprises du secteur « automobiles ». Elles doivent cependant s’assurer de la capacité des fournisseurs et des transporteurs à livrer les éléments nécessaires sans délai. Elles transfèrent la charge du stockage sur le sous-traitant qui devient très dépendant des besoins de son client.

 Qu’elle que soit la politique d’approvisionnement définie, la gestion des livraisons doit être planifiée et organisée. Un suivi permanent est indispensable.

2. Les coûts liés aux approvisionnements.

 La gestion des commandes entraîne des charges variables selon le nombre de commandes. Il s’agit du coût de passation ou coût de lancement de commandes : charges de personnel, suivi administratif et logistique, charges de transport, charges de réception et de manutention…

La détention d’un stock conduit à des charges liées au stockage. C’est le coût du stockage ou coût de possession du stock : dépenses d’assurances, de surveillance, d’amortissement des installations, location et entretien des locaux, charges liées à la disparition et à la détérioration des éléments stockés,

Le coût total annuel de gestion du stock est égal à la somme du coût de passation des commandes de l’année et du coût de possession du stock de l’année.

Toute erreur de prévisions d’approvisionnements, tout retard de livraison risque d’avoir pour conséquence un manque de marchandises ou de matières premières coûteux sur le plan industriel et sur le plan commercial : coût de la rupture de stock ou coût de la pénurie.

mardi 18 août 2015

ETUDE DE LA RENTABILITÉ ECONOMIQUE EN AVENIR CERTAIN.




3.1. Les méthodes comptables de mesure de la rentabilité.

              3.1.1. Le Délai de Récupération du Capital Investi (D.R.C.I.).

1°) Principe :

le D.R.C.I. est la durée au bout de laquelle le cumul des recettes nettes d’exploitation ou flux nets
de trésorerie est égal au montant des capitaux investis. L’objectif de ce calcul est de préserver
l’équilibre financier de l’entreprise.

2°) Méthode de calcul :

· 1 ère étape : cumuler les flux de trésorerie
· 2 ème étape : rapprocher le montant de l’investissement avec le cumul des flux
· 3 ème étape : déduire la durée nécessaire pour effectuer « le retour sur investissement »

3.1.2. Le Taux de Rentabilité (ou de Rendement) Comptable (T.R.C.).
1°) Principe :
Il exprime sous la forme d’un % la part de bénéfice annuel moyen par rapport au montant de
l’investissement initial
2°) Méthode de calcul :

T.R.C. = Bénéfice annuel moyen / Montant de l’investissement


3.2.1. Rappel des principes de l'actualisation.

La technique de l’actualisation permet d’évaluer aujourd’hui l’équivalent d’un flux monétaire futur
à l’aide d’un taux qui tient compte de l’inflation et du risque encouru par l’investisseur.

3.2.2. Méthode et formule d'actualisation.



3.2.3. Les flux à actualiser (positifs et négatifs).
- Dépenses liées à l’investissement (moins le prix de cession de l’ancien équipement) :
· prix d’acquisition de l’immobilisation,
· frais initiaux éventuels,
· accroissement du B.F.R.
- Recettes nettes d’exploitation (encaissements - décaissements) ;
- Valeur résiduelle de l’investissement à la fin de la période d’utilisation ;
- Récupération de la variation du B.F.R.E. en fin de période.
3.2.4. Le taux d'actualisation utilisé.
Il s’agit du taux de rentabilité minimal défini par l’investisseur.
Il est déterminé par rapport au risque encouru, par rapport à d’autres projets et selon le taux du
marché financier.

3.2.5. La Valeur Actuelle Nette (V.A.N.).

1°) Principe :

Un investissement est rentable si la valeur actuelle nette des flux nets ou recettes nettes
d’exploitation est positive

2°) Méthode de calcul :



3°) Critères d'appréciation de la rentabilité du projet :

· => V.A.N. > 0 : investissement rentable ;
· => V.A.N. = 0 : taux d'actualisation = taux de rentabilité ;
· => V.A.N. > 0 : investissement non rentable ;

3.2.6. L'Indice de Profitabilité (I.P.).
1°) Principe :
Il exprime le rapport entre les flux nets de trésorerie actualisés et le montant de l’investissement.
2°) Méthode de calcul :

I.P. = Flux Nets de Trésorerie actualisés / Investissement

3°) Critères d'appréciation :
· => I.P. > 1 : investissement rentable ;
· => I.P. = 1 : équilibre : taux de rentabilité = taux d'actualisation ;
· => I.P. < 1 : investissement non rentable.

3.2.7. Le Taux Interne de Rentabilité (T.I.R.).

1°) Principe :

Le TIR est le taux d’actualisation pour lequel :
· la somme des flux nets de trésorerie est égale au montant de l’investissement
· la valeur actuelle nette est égale à zéro (VAN = 0).

2°) Méthode de calcul du TIR :



3°) Critère d'appréciation :
Le taux de rentabilité doit être le plus élevé possible

3.2.8. Le Délai de Récupération actualisé (D.R.C.I. actualisé).
1°) Principe :
Il est analogue à celui de la méthode comptable avec en plus l’actualisation des flux nets de
trésorerie d’où plus de précision.
2°) Méthode de calcul :
· 1ère étape : cumuler les flux de trésorerie actualisés ;
· 2ème étape : rapprocher le montant de l’investissement avec le cumul des flux ;
· 3ème étape : déduire la durée nécessaire pour effectuer le « retour sur investissement ».

jeudi 13 août 2015

LES FLUX NETS DE TRÉSORERIE




La mesure de la rentabilité économique de l’investissement consiste à comparer les recettes
d’exploitation qu’il génère par rapport aux dépenses d’exploitation qu’il entraîne pour faire
apparaître des flux nets de trésorerie.
Le choix devrait se porter sur l’investissement qui procure le meilleur résultat, la meilleure
rentabilité économique.

2.1. Les revenus générés par l'investissement ou encaissements.

2.1.1. La Capacité d'autofinancement.

La capacité d’autofinancement d’exploitation est égale aux recettes nettes d’exploitation après
impôt. Elle est évaluée chaque année à partir de l’année 1 et pendant la durée de vie de
l’investissement, selon deux méthodes possibles :

1°) Méthode additive de calcul de la CAF induite par l’investissement :

espace-entreprises.com - Méthode additive de calcul de la CAF induite par l’investissement


2°) Méthode soustractive de calcul de la CAF induite par l’investissement :

espace-entreprises.com - Méthode soustractive de calcul de la CAF induite par l’investissement



2.1.2. La valeur résiduelle nette de l'investissement.
Il s’agit de la valeur de revente probable de l’investissement, à la fin de la période d’utilisation,
après déduction de l’impôt éventuel sur la plus value de cession.
La valeur résiduelle correspond le plus souvent à la Valeur Comptable Nette. Elle constitue une
recette pour la dernière année.
2.1.3. La récupération du besoin en fonds de roulement.
La récupération du besoin en fonds de roulement peut constituer également un encaissement au titre
de la dernière année.

2.2. Les emplois ou investissements.

L’investissement initial réalisé au cours de l’année 0 (ou au début de l’année 1) inclut :
- le coût d’acquisition ou de production d’immobilisation (terrain, construction, matériel,
équipement, …) ;
- le montant de la constitution ou de l’accroissement du besoin en fonds de roulement d’exploitation
(variation du B.F.R.E.) ;
- éventuellement les dépenses de formation des personnels et autres coûts induits.

2.3. Les flux nets de trésorerie générés par le projet.

Dans le tableau des flux nets de trésorerie, on distingue trois parties :
1°) les encaissements (CAF, valeur résiduelle, récupération du B.F.R., …) ;
2°) les décaissements (acquisitions, constitution du B.F.R., …) ;
3°) les flux nets de trésorerie (F.N.T.).
NB : On considère que le financement de l’investissement est réalisé à l’aide de fonds propres.

2.4. La présentation schématique d'un tableau de flux de trésorerie.

espace-entreprises.com - La présentation schématique d'un tableau de flux de trésorerie



mardi 11 août 2015

L'investissement 


espace-entrepries.com- c'est quoi l'investissement ?

1. Définition de l'investissement:

La décision d’investissement peut s’analyser comme le choix de l’affectation de ressources à un
projet industriel, commercial ou financier en vue d’en retirer un supplément de profit.
C’est un pari sur l’avenir, traduisant à la fois un risque mais aussi une certaine confiance qui
entraîne des dépenses actuelles certaines et des gains futurs incertains ou aléatoires.
Toute décision d’investissement doit être précédée de plusieurs étapes :

- le choix technique de l’investissement projeté avec étude préalable et étude d’opportunité selon
les besoins détectés,

- le choix de l’investissement selon la rentabilité économique prévisible (accroissement de
production, nouvelles activités, résultat supplémentaire, …)

- le choix du moyen de financement et l’étude du coût du financement

- évaluation de la rentabilité globale ou financière du projet.

La gestion des investissements consiste donc à comparer la rentabilité économique de cet
investissement avec le coût du financement de l’opération afin de faciliter la prise de décision par
les dirigeants.

Après décision d’investissement, un plan de financement équilibré devra être élaboré par les
services financiers de l’entité.

2. Catégories d'investissements:

Selon leur impact dans la stratégie d’une entreprise, il est possible de distinguer plusieurs catégories
d’investissements :

- de remplacement, de renouvellement, de maintien du niveau d’équipement ou d’infrastructure,

- de capacité (augmenter la production), de modernisation, de productivité (réduire les coûts),

- de croissance interne (acquisitions d’immobilisations) ou externe (prises de participation),

- d’expansion (nouveaux marchés), de développement, de diversification (nouveaux produits).

3. Classification des investissements:

De la même façon, selon leur nature spécifique, les investissements peuvent être :

- immatériels (recherche appliquée, recherche développement, études, formation, qualité, ...),

- matériels (équipements en machines, infrastructure, terrains, constructions, …),

- financiers (acquisitions de titres immobilisés, placements, prises de participation, …).

4. Conséquences de l'exploitation d'un investissement:

Tout investissement induit :

- des flux positifs c’est à dire

                  · des produits d’exploitation nouveaux, des recettes supplémentaires,

                  · le prix de cession éventuel de l’équipement.

- des flux négatifs soit :

                 · des charges nouvelles,

                 · décaissées (frais de fonctionnement, entretien, maintenance, dépenses nouvelles en                              charges de personnel),

                 · calculées (dotations aux amortissements de l’investissement acquis ou produit),

                 · un impôt nouveau sur l’accroissement de bénéfice réalisé.

La mesure de la rentabilité économique d’un investissement porte sur l’évaluation des flux nets de
trésorerie qu’il génère.

mercredi 5 août 2015

Le 13e mois : Un acquis ou une faveur? 


13 eme mois au maroc - espace-entreprises.com


son attribution n'est pas prévue standard le code du travail

Il devient obligatoire si c'est stipulé dans le contrat d'embauche

Une fois accordé, il ne peut être supprimé

gratification versée par l'employeur, égale à un mois de salaire. Parfois deux mois. Il s'agit de ce que est communément appelé: 13e mois. Une sorte de salaire supplémentaire qui tombe généralement en décembre, comme cadeau de blade d'année.

Le 13e mois n'est pas prévu par la loi. «Si on se tient au strict code du travail, il n'y an aucun article qui exige d'un employeur de verser le 13e mois», précise Younes El Ansari, inspecteur divisionnaire du travail, et gourmet specialist de circonscription. Ce n'est donc ni un droit, ni une commitment. Mais lorsqu'il est stipulé dans le contrat de travail, le 13e mois devient une commitment pour l'employeur.

«Le code du travail renvoie aux traditions assemblages et/ou règlements intérieurs, qui peuvent prévoir le versement d'un 13e mois. A ce minute là, l'employeur est tenu de verser chaque année cet avantage à ses salariés», ajoute El Ansari. Même en cas de crack du contrat de travail, le 13e mois sera toujours versé au prorata du temps travaillé.

Kacha Zine El Abidine, inspecteur du travail, corrobore: «Ce n'est pas un wear, c'est un engagement de l'employeur opposite de ses employés».

De quels recours arrange l'employé face à un employeur qui déciderait de ne pas lui verser une prime dont il a pourtant bénéficié plusieurs années de suite? A cette question, l'inspecteur du travail se veut catégorique: «Il est obligatoire de maintenir le versement du 13e mois si l'employeur l'a toujours versé à ses salariés de manière régulière. A ce minute, on parle d'avantage acquis qu'il faut maintenir par la power de la loi». L'article 19 du code du travail s'attelle à la question des acquis sociaux. Il stipule qu'en cas de adjustment, notamment par progression, vente, combination ou privatization, tous les contrats en cours subsistent entre les salariés et le nouvel employeur. Ce dernier prend opposite des salariés la suite des commitments du précédent employeur. Le salarié muté garde les mêmes droits et acquis issus du contrat de travail sans tenir compte du administration dans lequel il est affecté et des fonctions dont il est chargé.

«Mais si l'employeur s'abstient de verser le 13e mois, qu'il a toujours versé à ses salariés, la partie lésée peut recourir, dans un head temps, aux délégués de faculty de l'entreprise. Faute de arrangement, elle peut saisir l'inspection du travail et la Justice en dernier recours», signale El Ansari.

Cependant, le 13e mois peut être attribué sans qu'il en soit notice dans le contrat, parce qu'il est d'usage que l'entreprise verse cette delight à child work force, sans avoir formalisé la pratique par un record.

Mais il faut faire la différence avec la prime.

Selon que la prime de balance d'année s'apparente ou non à un use, elle n'est pas garantie au salarié. Seule une prime ayant la qualité d'un use crée des commitments à la charge de l'employeur. «Pour que le 13e mois soit qualifié d'usage, il doit présenter les caractères de généralité, stabilité et fixité», explique Zine El Abidine. Généralité, c'est-à-critical que l'avantage doit être collectif et ne pas s'adresser qu'à un seul salarié; stabilité, en ce sens que l'avantage doit avoir été attribué à plusieurs repeats et fixité, assume que l'avantage doit avoir un montant ou un mode de calcul fixe. En d'autres termes, cela signifie que si une prime de balance d'année varie d'une année sur l'autre et n'est pas versée à une catégorie de salarié précise, elle n'a pas la valeur d'un utilization et dépend donc du bon vouloir de l'employeur. par conséquent, l'employeur peut, dans un tel cas, décider certaines années de ne pas verser la prime de blade d'année.

Les modalités de versement d'un 13e mois sont généralement prévues par la tradition aggregate ou le contrat de travail. Le 13e mois peut être versé en une ou plusieurs fois. «Tous les éléments de rémunération perçus par le salarié de manière proceed sont pris en compte», signale Zine El Abidine. Les remboursements de frais professionnels et indemnités maladie peuvent échapper à la base de calcul du 13e mois puisqu'ils ne sont pas perçus de manière

l'impot sur le revenu au Maroc


IR maroc - espace-entreprises.com



Mesures fiscales             

Barème de l’Impôt sur le Revenu : 2015 aucun changement par rapport a 2014

Tranches de revenu annuel (en DH)

Taux en %
Sommes à déduire en Dhs

0 à 30 000
0%

0
30 001 à 50 000

10%

3000

50 001 à 60 000
20%

8000

60 001 à 80 000
30%

14000

80 001 à 180 000

34%

17200

Au-delà de 180 000

38%

24400


N.B Le nombre des nouveaux bénéficiaires de l'exonération est de 160000 contribuables

autrement dit ; in addition to de half des salaires exonérés de l'impôt sur le revenu
Rappel  /  Délais de déclarations du TVA  Trimestrielle  ( ventes HT Inférieur à 1000.000 DHS )

PÉRIODES DÉCLARATION
DERNIER DÉLAI
MAJ ORATION    et  PENALITES
1 TRIMESTRE

19-avril
1 mois de retard  5% +10% +500 DHS-si la Somme de pénalités et Majorations inf 500dhs
de 30 à 35% si le délai passe de 3 à 6 mois
2 TRIMESTRE

19-juillet

3 TRIMESTRE

19-octobre
TVA rouge  déposée Moins 15% du rouge
4 TRIMESTRE
19 /JANVIER N+1



La déclaration du TVA est mensuelle lorsque les Ventes Annuel > 1000 000 DHS H.T ; le dernier délai c'est le 19 de chaque Mois

Lorsque le contribuable présente une déclaration TVA nulle autrement dit ni vente ; ni achat ce dernier est passible de 500 dhs de pénalité .

exemple un contribuable qui a déposé sa T.V.A due d'un montant de 600 dhs Le 20/04/2014

- Le paiement = 600 dhs + 5% 600 + 10%600 +500 = 1190 dhs

un TVA due de 4200 dhs déposé le 20/04/2014 Pour un mois de impede

- le paiement = 4200 + 420 + 210 = 4830 dhs

il faut noter que le décalage des déclarations ( TVA/COTISATIONS MIN/DÉCLARATION TAXE PROFESSIONNELLE ; DÉCLARATION DES SALAIRES/déclaration/I.R 9001 FORFAIT/BILANS COMPTABLES.....)

c'est pour éviter l'encombrement devant les guichets de l'administration fiscale et surtout certains contribuables laissent leurs déclarations jusqu'à la dernière journée pour créer des problèmes aux fiduciaires de comptabilités et au même temps devant les guichets du fisc ; ce type de contribuables doivent être éduqué standard les fiduciaires organisées .

Exemple une fiduciaire qui accepte de traiter in addition to de 60 dossiers de TVA dans le dernier délai va commettre des erreurs si le nombre de ses employés sont limités ( 1 à 2 personnes ).


L 'incitation des contribuables à présenter leurs pièces comptables avant le délai de 10 jours est vital pour les deux parties fiduciaires/contribuables

mardi 4 août 2015

Affectation résultat AGO



Affectation du résultat AGO - EXCEL




Affectation du résultat AGO - EXCEL

Télécharger l'application EXCEL pour l'affectation du resultat  AGO

Sur Dépositfile :

tableau excel pour calculer l'affectation de resultat


'affectation du résultat : bénéfices en dividendes ou réserve ?
Mis à jour le 13/05/2015 - 2

L'affectation du résultat est le traitement donné aux bénéfices ou pertes générées par lors d'un exercice comptable. L'entreprise dispose de moyens d'affection des résultat qui sont principalement : la distribution de dividendes et le le report à nouveau en cas d'exercice bénéficiaire. C'est lors de l'Assemblée Générale Ordinaire (AGO) que les associés décident de l'affectation du résultat.

L'affectation du résultat comptable

Qui décide de l'affectation du résultat ? Les apporteurs de capitaux attendent de l'entreprise qu'elle dégage des bénéfices afin d'obtenir une rémunération sous forme de dividendes ou de plus-value. Et très logiquement, ce sont eux qui décident de l'affectation du résultat réalisée au cours de l'exercice comptable (bénéfice ou perte) lors d'une assemblée générale qui se réunie dans les six mois de la clôture des comptes.

Notez que le résultat ne peut être affecté que lorsque le résultat net comptable de l'entreprise est positif. En cas de déficit, il n'y a pas de bénéfices à distribuer ou mettre en réserve.

 En savoir plus sur le déroulement d'une Assemble Générale Ordinaire
Affectation de résultat au sein d'une entreprise individuelle

L'affectation de résultat de résultat pour une entreprise invididuelle est différente de celle d'une société (SARL , SAS, etc).

Au sein d'une entreprise individuele, le gérant peut s'attribuer à tout moment de l'année une rémunération : il peut à souhait retirer l'argent dégagé par son activité. D'un point de vue comptable ce prélèvement est enregistré au sein du compte de l'exploitatant (compte 108).

Notons qu'à chaque exercice (du 1er janvier au 31 décembre) les bénéfices réalisés, qu'ils aient été utilisés (prélevés) ou pas (via le compte de l'exploitant) seront soumis en totalité à l'impot sur le revenu.

Les entreprises individuelles ne sont pas tenues de constituer une réserve légale.
Affectation de résultat au sein d'une association

L'affectation du résultat d'une association est simple : elle consiste à alimenter les réserves obligatoires et libres de l'association. Il n'y a de notion de bénéfice ou de dividendes au sein d'une association, on parle d'excédent d'activité.

Les conditions d'affectation du résultat

Les conditions de forme de l'affectation du résultat : l'AGO approuve les comptes de l'exercice et l'affectation des bénéfices dans les 6 mois qui suivent la clôture de l'exercice.
Les conditions de fond de l'affectation du résultat : la répartition s'appuie sur des règles légales et statutaires développées ci-dessous.
Lire aussi Qu'est-ce que le résultat net?
L'affectation du résultat : Cadre légal et constitution des réserves

L'affectation du résultat doit tenir compte :
De réserves légales : la loi impose aux sociétés d'affecter en réserve légale (N° de compte du Plan Comptable Général : 106100) une partie du résultat. Les sociétés doivent affecter chaque année à la réserve légale 5 % du bénéfice net de l'exercice. Cette obligation vaut jusqu'à ce que la réserve légale atteigne 10 % du capital de la société.
De réserves statutaires : elles sont prévues lors de la constitution de la société. Les statuts de chaque société définissent des règles de calcul qui leur sont propres.
De réserves libres ou facultatives : la dotation d'autres réserves est libre et dépend de la décision de l'AGO des actionnaires. Ces réserves prennent le nom de réserves facultatives.
Lire l'article Tout savoir sur la réserve légale
L'affectation du résultat au report à nouveau

L'affectation du résultat et report à nouveau créditeur

L'affectation du résultat peut passer par le report à nouveau créditeur. Appelé également report à nouveau bénéficiaire, c'est une fraction des bénéfices de l'exercice non affecté lors de l'AGO. C'est la part du bénéfice qui n'est pas distribués aux actionnaires en dividendes, ni affectés à la réserve statutaire, ni à toutes autres réserves facultatives. Cela peut être un moyen de se prémunir contre un exercice futur défavorable.
La différence entre le report à nouveau (RAN) et les réserves facultatives est que le but du RAN est de l'affecter dans les années futures.
L'affectation du résultat et report à nouveau débiteur

Appelé également report à nouveau déficitaire, il représente des pertes relatives aux exercices antérieurs, soit les affectations de résultats déficitaires. Ces pertes figurent en report à nouveau débiteur tant qu'elles n'ont pas pu être compensées par un éventuel bénéfice.

L'affectation du résultat à la distribution de dividendes aux associés

Avant de réaliser l'affectation du résultat, il s'agit de calculer le résultat distribuable aux actionnaires.

Cette part doit bien entendu tenir compte des obligations légales et statutaires expliquées ci-dessus. Le bénéfice distribuable fait l'objet d'un calcul ainsi déterminé :
Bénéfice Net de l'exercice
- Report à nouveau de l'exercice N-1 si débiteur
- Dotation de la réserve légale
+ Report à nouveau de l'exercice N-1 si créditeur
= Bénéfice distribuable
- Dotation de la réserve facultative
- Dividendes à payer
= Report à nouveau de l'exercice N (créditeur)

lundi 3 août 2015

la liste des pénalités & majorations en cas de dépôt tardif


la liste des pénalités & majorations en cas de dépôt tardif



 exercice N :

 - Avis de versement de l'IR : Pas de personnel, pas IR donc aucune pénalité

 - Pas d'affiliation CNSS pour le moment. pas du personnel.

 -Etat de déficit : 2000dh - Bilan fiscal : minimum 500 dhs et si resultat bénéficiaire 15%

 - Déclaration initiale de la TP : 500dh

 - Etat 9421 : Néant - 500dh - Etat des honoraires : Néant : 500dh

 - TVA néant dépôt tardif 500 dhs - TVA créditrice dépôt tardif 15% minoré

 - PV & liasse comptable Selon la loi 5-96 La pénalité varie de 10.000dh -50.000dh est sera paye en cas de vérification par le registre central par le gerant lui même vu ses fonctions (mais c'est rarement applicable)
combien de copies on dépose pour chaque déclaration ?






- Avis de versement  IR ?  triple exemplaire

- Déclaration CNSS - AMO selon la banque ( BP, BMCI?  SGMB ) 2 copies (BMCE) 3 copies

- Déclaration initiale ou modificatrice de la TP  une copie aux impôts + reçu délivré pour garder au dossier avec un copie

- Déclaration des dividendes triple exemplaire

- Déclaration des actions, produits fixes & assimilés triple exemplaire

-État 9421 : une copie aux impôts + reçu délivré pour garder au dossier avec un copie

- État des honoraires : une copie aux impôts + reçu délivré pour garder au dossier avec un copie

- Bilan fiscal  une copie aux impôts + reçu délivré pour garder au dossier avec un copie

-Etat de déficit une copie aux impôts + reçu délivré pour garder au dossier avec un copie

- déclarations de TVA une copie pour la RAF + reçu délivré pour garder au dossier avec un copie

- PV & liasse comptable :2copies PV + 2 copies bilan comptable (états de synthèse ) + 2 copies rapport CAC si lieu + dépôt légal (copie)