Nouveautés

L'application Espace entreprises est disponible gratuitement sur Google Play Store Application pour générer le Fichier XML du relevé des déductions de la TVA 
l'Déposez votre CV 
crédits immobiliers sur 40 ans télécharger Sage Saari ligne 100

mercredi 9 décembre 2015

Des crédits immobiliers sur 40 ans pour relancer le logement social ?

fiduciaire casablanca, création entreprise, espace-entreprises
Le ministère de l’habitat veut introduire cette formule de financement pour réduire le niveau de l’apport personnel et de la mensualité pour coller aux capacités des demandeurs actuels de logements sociaux.
Environ 1,3 million. C’est le nombre de logements sociaux que les promoteurs immobiliers ont aujourd’hui la possibilité de construire puisqu’ils ont signé des conventions dans ce sens avec le ministère de l’habitat. Mais le ministre Nabil Benabdellah en fait l’aveu à La Vie éco : «Toutes ces unités ne pourront pas être réalisées». Au plus, 500 000 logements ont été achevés ou sont en voie de l’être depuis 2010 et l’horizon semble bouché pour le reste. Cela pour la simple raison que l’offre actuelle a bien du mal à trouver preneur. Encore hésitant sur les raisons de cette situation il y a quelques mois, le ministère semble à présent mieux fixé. Selon M. Benabdellah, les ventes de logements à 250000 DH sur les dernières années ont permis de satisfaire la demande d’une population qui parvenait à se financer sans peine grâce à des crédits adossés à la garantie Fogarim. Mais, aujourd’hui, on a atteint «le fond du panier», pour reprendre l’expression du  ministre. Comprendre par là que les demandeurs qui subsistent disposent de moyens plus limités et ne peuvent pas supporter les conditions d’acquisition actuelles. Partant, l’idée du département de tutelle est d’étendre la durée des crédits accordés aux acquéreurs adossés à la garantie Fogarim, de 25 ans actuellement à 40 ans.
Le but de la manœuvre est de réduire l’apport personnel exigé des acquéreurs, qui s’établit actuellement autour de 50 000 DH, et surtout la mensualité qui serait ramenée de 1 200 DH en moyenne à 800 DH, selon les estimations du ministre. «C’est le seul moyen de permettre au gisement de demandes actuel, constitué pour l’essentiel de ménages ayant un revenu mensuel entre 1 000 et 1500 DH, d’accéder au logement à 250 000 DH», explicite M. Benabdellah.
Le ministre rappelle bien qu’il ne réinvente pas la roue à travers cette piste. Il y a un peu plus de 10 ans, les durées de crédit les plus courantes étaient de 15 ans et ce n’est que progressivement que l’on est arrivé à 25 ans pour rendre les financements de plus en plus accessibles aux acquéreurs, relate-t-il. D’ailleurs, dans le cadre de cet effort, des formules sur 40 ans ont été lancées en 2006, avant d’être retirées suite à un rappel à l’ordre de Bank Al-Maghrib. C’est que ce financement pose plusieurs défis dont le ministère a d’ailleurs bien conscience.
Le crédit à 40 ans risqué pour les banques
En effet, un crédit sur 40 ans appelle à bien peser les implications en cas de décès, le traitement de l’héritage…, surtout que les bénéficiaires du crédit adossé à la garantie Fogarim présentent une moyenne d’âge élevée : près du tiers a aujourd’hui 63 ans et plus.
M. Benabdellah réfléchit d’ores et déjà à toutes les garanties à donner aux banques. Une solution étudiée serait que les établissements gardent la propriété du bien financé.

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire